Role Furry
Bonjour et bienvenue sur Role Furry !
Ceci est un forum RP dans un monde médiéval fantastique peuplé d'être anthropomorphique appelé furry. Attention, ce forum est interdit aux mineurs de par son contenu. Vous devez avoir 18 ans ou plus pour vous y inscrire.

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 They called me a killer, a monster, a psychotic. Maybe I'm even more. Wanna be my friend?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haïzen
Membres
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 02/04/2014

MessageSujet: They called me a killer, a monster, a psychotic. Maybe I'm even more. Wanna be my friend?   Jeu 3 Avr - 23:34


Haïzen

Informations Générales:

Nom:Pas vraiment.
Prénom:Haïzen.
Age:24 ... 25 ... 753 ans au prochain solstice. Je crois. Les dragons vivent vieux, que voulez-vous ...
Sexe:Oui j'en ai un.

Orientation sexuelle:Tant que ça se laisse pénétrer ...
Lieu de naissance:Je vous jure que j'y étais, mais je ne connaissais pas bien la carte à l'époque.
Groupe souhaité:Citoyen ( bien que légèrement lié à la triade )
Classe du personnage:Sorcier. "Malade mental" revient souvent aussi. Mais je ne pense pas que ce soit une classe.

Description physique du Personnage:

Boarf, de toute manière je suis certain que vous avez déjà vu ma tête et que pour vous je m'appelle simplement "récompense, livré mort" alors. Quoi, vous voulez vraiment? Pfouuuuu ... Vraiment? Bon. J'ai les yeux blancs. Simple info? Oui, mais c'est l'une des plus importante. J'ai des yeux blancs, avec peut-être une légère teinte rosâtre, mais trop pâle pour qu'on les considère comme autre chose que blancs. C'est pratique, personne ne sait réellement ce que je regarde. Autour de mes yeux, il y a des sortes de marques noires, qui remontent jusqu'à la pointe de mes oreilles. Lesdites oreilles, non contentes d'êtres pointues, sont assez longues, et dépassent largement de ma chevelure. à propos de celle-ci ... Je ne sais pas si mes cheveux sont rouge pâle, rose sombre, ou roux. Je sais qu'ils ont des reflets plus sombres, mais je serais in-foutu de dire leur vrai couleur. Qu'importe. Pour le reste, j'ai une mâchoire proéminente, dont mes canines forment les deux angles avant ( si vous voyez ce que je veux dire. Non? ha ha ... Rien à faire. ). Je n'ai pas de "nez" à proprement parler, juste deux fentes dans la boite crânienne qui par lesquelles je peux respirer et sentir l'odeur de ce qui m'entoure. Juste pour le dire : mon odorat et mon ouïe sont ... Passablement développés. Peut-être pas autant qu'ils ne pourraient l'être, mais ils le sont. Sinon, ma bouche ... Ha oui, je n'ai pas vraiment de lèvres. Pas plus que de babines. Juste des dents, qui ressemblent à s'y méprendre à ma peau, mais qui sont bel et bien des dents, tranchantes, pointues, trop nombreuses, et ... mobiles? Oui, leur base du moins me permet d'avoir un sourire plus ou moins large. Le sourire ne s'en va lui par contre que rarement, ou jamais.

Pour le reste du corps ( il serait peut-être utile de le décrire oui ), pas besoin de passer par 4 chemins, je suis un dragon, et un rouge. De la tête aux pieds, mes écailles abordent une magnifique teinte vermeille similaire à celle du sang qui vient fraichement de couler, et n'eut été les tatouages ( qui n'en sont pas vraiment ) noirs qui parsèment mon corps et mes griffes/cornes, j'aurais facilement pu me faire passer pour un écorché vif. Mis à part ma magnifique teinte, je suis ... Moyennement grand ( 1 mètre 70 et des poussières au compteur ), très lourd au bruit que je fais en marchant, j'ai pas un poil de graisse, et je suis plutôt athlétique ( voir carrément musclé. Mais je ne mange pas assez, ça fait ressortir. ) J'ai les griffes ... ongles ... Je ne sais pas, la pointe de mes doigts possède un peu le même attribut que mes dents : pointu, dur au point de crisser sur de l'acier, tranchant, mais impossible à séparer, au regard, de ma peau. J'ai des pattes digitigrades, et 3 orteils ornés de griffes d'un noir ébène. J'ai également sur les talons des ergots parfaitement droits et également passablement pointus, qui contrairement à ce qu'on pourrait penser ne m'incapacitent pas du tout ... du moment qu'on ne me force pas à m'asseoir dans certaines positions.

J'ai également une magnifique paire d'ailes de chauves souries sur les omoplates. Hum? Ha oui ... ne faites pas attention au fait qu'elles soient un peu déchirés, je ne m'en sert pas que pour voler. Il faut dire qu'au niveau de la 2° articulation, j'ai deux magnifiques griffes ( noires elles aussi ) extrêmement solides, qui me permettent de frapper les gens et de faire des trous de la largeur d'un gros pouce ... Enfin. La longueur d'un pouce plutôt. Pour la profondeur, 6-7 centimètres environ. Pour le reste, le cuir fin est rose et strié, ainsi que légèrement translucide. Je ne sais pas jusqu'où je peux monter avec, mais je sais qu'elles me portent en l'air aussi sûrement que mes jambes ne le font à terre.

Pour le reste ... Ha oui, mes "tatouages". Les formes sont un peu étrange, pour vous figurer ça, j'ai comme une sorte de grosse araignée dans le dos qui déploie ses pattes sur mon corps, lesquelles "pattes" se terminent sur le devant de la manière suivante : 1 par clavicule, 1 par épaule, 1 sur les côtes inférieures, une qui suit les muscles latéraux et plonge vers le bassin et l'intérieur des cuisses, et pour le reste ... deux aussi sur chaque intérieur d'avant bras - même si elles s'arrêtent à peu près au coude celles-ci - et deux sur les pieds. Je crois que j'en ai fais le tour ... 2 sur le haut des cuisses, certes. Bon, ce sont plus des "bandes" que des pattes à proprement parler, mais c'est inexplicable avec du texte franchement.

Pour la tenue vestimentaire, je suis ( très souvent ) en short, parfois un T-shirt large ou au contraire un débardeur moulant, une à plusieurs chaines accrochés à la ceinture ( je peux les décrocher et m'en servir comme armes ... Elles sont pratiques. ) une mitaine sur une main et un bracelet autour de l'autre, et souvent aussi une bande blanche autour d'un biceps. Pas que je me blesse souvent, mais autant en avoir une d'avance, même si elle n'est pas forcément très très propre ...J'ai un métier salissant après tout. Ha, aussi ... J'ai deux crochets de boucher ( enfin en plus petit ) à la ceinture, à ma droite. C'est pas pour faire joli, j'y suspends mon épée. Oui oui. Je ne trouverais pas de fourreau pour ce modèle, et c'est la seule manière de la tenir.


( fiche de référence ):
 

Description mentale du Personnage:

Je ne vais pas vous mentir, je pense très franchement que quelque chose tourne carré chez moi. C'est même pas moi qui le dis, on me le répète juste très très souvent. Enfin, pas dans ces termes là hein, juste ... Bon.
"Pourquoi". Ce mot, on l'entend à tout bout de champs. "Pourquoi avoir fait tel choix, pourquoi faire ceci ou cela, pourquoi la voisine a une paire de fesses qui donne tant envie de mordre dedans jusqu'à l'os, pourquoi "STOOOP. Oubliez le pourquoi. Oubliez que vous avez besoin d'une raison, d'un motif. Oubliez que vous devez justifier tout ce que vous faites. Les choses ne vous semblent pas plus ... Faciles? N'est-ce pas beau, de prendre sans rien donner en retour, de détruire ce qui ne vous convient pas? Certes, avec mon modèle de pensé, on ne peut pas réellement bâtir de société très stable, mais au fond qu'importe? Je n'aime pas spécialement l'idée d'être sous le régime de qui ou quoi que ce soit, et de toute manière quand c'est le cas je suis en tord. Mais je suis libre. libre d'un "pourquoi". Libre de faire ce que je veux, à tout instant.

Second point : je n'ai jamais vraiment ... Compris les lois. Je veux dire, une limite physique, de force par exemple, d'épuisement, ce genre de choses, okay. C'est tangible, je sais ce que c'est, elles peuvent m'arrêter. Par contre ... "Ne tue pas ton prochain." Excusez moi, mais si je le fais, aucun éclair ne va me tomber sur le coin de la tronche, et rien ne va arrêter ma main en plein parcours. Si cela avait été le cas, il fait bien longtemps que mon corps aurait été réduit en cendres fumantes. Bon, je prends cet exemple précis parce que c'est celui que je trouve le plus rigolo, mais en somme, ce que je ne comprends pas dans les lois, c'est surtout qu'elles qui nous sont imposés par les autres, alors qu'on en a déjà suffisamment comme ça naturellement, et souvent pour pas grand chose. Franchement, "la morale", "le savoir vivre", la "politesse", c'est qui le type qui s'est estimé obligé d'inventer des trucs pareilles? Je ne saurais répondre à cette question, mais par contre, il est assez facile de deviner que je n'en ai clairement rien à secouer.

Je pourrais faire une liste longue comme le bras de choses que je déteste, aussi je vais plutôt parler de celles que j'aime ( le plus ) : manger, dormir, vivre, me battre, expérimenter, entendre les os craquer, mon lit, les bons vins, le goût du sang, énerver les gens. Les choses adultes aussi, il arrive cependant de manière assez ... Fréquente que je sois le seul à vouloir. Pas que ce soit forcément dérangeant, mais je persiste à croire que les coups sont facultatifs dans ce genre de cas. Quoique, des fois c'est rigolo. A propos de rigolo ...Je rigole tout le temps. De tout. De rien. De ce qui m'amuse, et à peu près tout m'amuse, mais en particulier ce qui n'amuse pas les autres. Ne me demandez pas d'où ça me vient, c'est presque un réflexe.

J'ai la rage. ça ne se voit pas vraiment au premier abord, et le plus souvent ça ne se voit même pas du tout. Mais je sais qu'elle est là. En moi. Qu'elle gronde. Je ne suis pas forcément "colérique", dans le sens où je me vexe facilement, mais quand je m'énerve ... Je ne sais pas. Je sais juste que la rage peut m'aveugler au point de ne plus me faire voir que par le sang. Hors de tout contrôle. Me simplifiant la moindre pensée à "Tue! Tue! Tue!". J'ai parfois eut des petites embrouilles à cause de ça, le plus souvent avec la garde. Mais je n'y peux rien. Tel un fauve endormi, ma rage veille au fond de moi. Et elle ne dort que d'un œil ... Quand je me laisse envahir, il m'arrive de parler ... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mis de coté les aspects "majeurs" de mon caractère, je ne suis pas ( contrairement à ce qu'on me répète ) complètement stupide - j'ai même d'excellentes connaissances en anatomie - j'ai passé plusieurs années à jouer l'étudiant en tant qu'apprentis dans le conclave, et j'en ai tiré, malgré un manque certain d'attention lors de certains cours, un savoir qui me dessert pas mal dans la vie de tous les jours.

Je suis fier. ça peut paraitre stupide, mais je me dois de le dire. J'aime bien qu'on me respecte, et au contraire je hais qu'on m'insulte, me menace, voir m'attaque. Et le plus souvent, ne vous y trompez pas. Si vous faites l'une où l'autre de ces choses ... Vous ne verrez pas demain venir. Pas entier, en tout cas.


Votre Histoire:

Pour commencer, je tiens à préciser que lors de ma venue au monde, j'étais rouge. Mes cheveux étaient rouges, mon corps tout entier était rouge, j'avais des pupilles couleur rubis, et seuls mes ongles et mes petits débuts de cornes avaient une teinte noire.

Je suis né. LA belle affaire ... Mon père? Un guerrier. Le genre qui a fait tellement de champs de bataille que quelqu'un au sang princier à décidé de l'anoblir. Ma mère? Probablement la femme de ménage. Je ne sais pas exactement, je ne l'ai connu que les 9 mois que j'ai passé dans son ventre. Je sais qu'elle a pu accoucher de mon jumeau, ou "grand frère", 30 minutes avant mon tour. Mais quand je suis passé, visiblement, il y a eut des complications. Elle est morte le lendemain.

Moi et Dereck, c'était le jour et la nuit. Je m'agitait trop, lui s'endormait n'importe quand. J'étais bavards et ouvert, lui renfermé sur lui-même. J'avais tendance à tout le temps ricaner, lui se montrait presque froid. Il était sage comme une image, j'étais un sale gosse. Je ne sais même pas pourquoi mon père a décidé que nous former au combat serait une bonne idée. Peut-être pour nous inculquer sa discipline d'ancien soldat, ou quelque chose du genre. Je me souviens qu'au bout de quelques années, j'ai pété un plomb et je me suis enfui dans la nature. J'ai croisé un grand prédateur, un reptile je crois, même si je ne me souviens plus de quelle race. Peu importe de toute manière. Quand mon père m'a retrouvé, j'étais couvert de sang. Et je dormais tranquillement, roulé en boule, au chaud. Dans ses tripes.

Je vous ai parlé de ma petite sœur? Elle est née avec la première femme "officielle" de mon père, une autre noble qu'il a épousé autant pour ce que ça pouvait lui apporter que pour la demoiselle. Sacrieur. Mignonne petite ... je vais devenir vulgaire. Incapable de supporter que ses deux grands frères soient au même rang qu'elle alors qu'un de leurs parents était un mercenaire, et que l'autre lavait le linge. Mais j'y reviendrais plus tard.

Vint l'adolescence ... Où j'ai décidé de mon propre chef de suivre un cursus d'érudit. Bon, peut-être pas de mon propre chef, mais étrangement je me refusait à pousser plus loin ma maitrise du combat telle qu'on tentait de me l'enseigner, et j'avais besoin de me faire fonctionner un peu le ciboulot. On était 3 dans la bande que j'ai finis par former : moi, Gikeld, un bon pote rhinocéros, et Cassidy, une autre dragonne qui ... Bon. On a pas mal fait les cons pour être honnête. Pas forcément des grosses bêtises, mais nombreuses. Faire léviter des organes pendant une dissection, donner envie de vomir à un prof ( j'en serais toujours fier, de celle là. ) voir une ou deux bagarres avec les crétins qui pensaient s'attaquer à un furry isolé. à coté de ça, évidement, j'étudiais un peu ... La branche biologie. Anatomie. Fonctionnement du corps. Sur les 200 os environ que comporte le corps, je connais l'emplacement et la forme d'une bonne centaine au moins. J'ai aussi un peu expérimenté dans le domaine des poisons, de la chimie, et d'autres notions plus générales, mais toujours bonnes à prendre.

Puis j'ai grandis jusqu'à devenir un homme. Cassidy et moi nous somment fiancés. J'aimais cette fille, à ma manière. Et quand je dis "à ma manière", cela veut dire bien plus que quiconque ne pourrait l'imaginer. Tout allait bien pour moi, mes recherches me permettaient de vivre, ma femme était resplendissante, j'attendais même un gosse ... Mon grand frère hériterait des titres et domaines de mon père quand ce dernier tiendrait à se retirer ( ce qui n'était pas non plus dans tant de temps que ça, il approchait gentiment la 50° le papounet ) et ma sœur ... Ma sœur elle était la seule à ne pas supporter le tableau. Je ne sais, à partir de ce point, plus ce qui est arrivé, et ce qui n'est que fantasme de mon esprit.


La soirée avait été paisible. Sacrieur et Dereck étaient venu nous rendre visite, à moi et Cassidy, pour fêter en petit comité notre installation dans notre nouvelle maison. Maintenant que j'y repense, ma sœur avait lancé un sujet de discussion un peu houleux. Dereck et moi nous étions brouillés parce qu'il était jaloux. Je pensais que c'était ça du moins. Il était sorti prendre l'air, en plein milieu du dîner. Après m'être fait lessiver les oreilles par les deux femmes dont j'étais le plus proche à la fois, j'avais finis par me lever et par sortir pour aller le chercher, m'excuser. Je me souviens que j'avais fais quelques centaines de mètres, avant de me poser sous un arbre pour me reposer un peu. J'étais remonté, fatigué, et je pense que j'ai du m'assoupir quelques instants. A mon réveil, un cri. C'était le beau milieu de la nuit désormais. Je suis rentré en courant. A l'intérieur, je suis tombé sur ... Dereck. Et Cassidy. Elle était si belle dans sa chemise de nuit, à terre, le visage baigné de sa crinière dorée. Son museau pointait le ciel. Elle était si belle ... Si parfaite ... N'eut été le couteau planté dans son ventre rond. Dereck était debout, pas loin, tremblant. Je n'ai pas fais attention, et me suis lentement accroupis à coté d'elle. Ses deux yeux bleus étaient grands ouverts, mais ne regardaient rien. J'ai délicatement décalé une mèche plaquée sur son visage par la sueur pour qu'elle rejoigne le reste de sa chevelure, avant de lui fermer les paupières. Dereck m'a parlé. Il disait des choses qui n'avaient plus de sens. Ses mots ne formaient pas des phrases. Je crois que j'ai entendu un rire de jeune femme. Je me suis relevé, et me suis tourné vers lui. Ses mains étaient écarlates du sang qui venait de couler. ça n'avait pas de sens. Plus rien n'avait de sens. Ma vie elle-même venait de le perdre. J'ai senti comme une douleur, sur les épaules, les côtes. Comme si les griffes d'un dragon immortel s'amusaient à graver mon corps avec ses griffes. Je crois que c'est à ce moment là que certaines de mes écailles ont noirci. Que mes yeux ont viré du rouge le plus pur à un blanc délavé. Que des marques noires ont fait leur apparition autour de mes yeux, et se sont poursuivies jusqu'à mes oreilles.

Je me suis tourné vers Dereck. Il n'a pas tenté de me raisonner. Il s'est reculé. Jusqu'à la porte. et a fait demi-tour pour tenter de s'enfuir. Je suis sorti juste après lui en hurlant de rage, et l'ai rattrapé. Nous nous sommes arrêtés, et il a pivoté pour me faire face. Deux secondes ont passé avant que nous ne nous jetions l'un sur l'autre. Griffes contres griffes. Pieds contres pieds, poings contre poings. Chacun de ses coups, je connaissait la parade. Chacune de mes attaques, il savait la détourner. Mais il bénéficiait de bien plus d'entrainement que moi ces derniers temps. Je ne sais plus quand, j'ai finis par perdre pied dans le combat. Prendre une droite. Ne pas esquiver la suivante. De fil en aiguille, je me suis retrouvé à terre. Ses mots ont finit par retrouver une signification. Il disait qu'il était innocent. Qu'il avait vu Cassidy redescendre à la cuisine, juste en rentrant, alors qu'elle avait la démarche d'une somnambule. Et qu'il l'avait vu de ses yeux fouiller les tiroirs, jusqu'à se planter elle-même la lame dans le ventre. Il avait dit qu'il n'aurait rien pu faire pour endiguer l'hémorragie, et que contrairement à moi, il n'avait pas les connaissances nécessaires pour faire quoi que ce soit. Ses phrases se sont de nouveau brouillés. Ce rire de jeune femme ... Je le connaissait ... Mais je ne m'en préoccupais plus. Rien n'était vrai. Pourquoi aurait-elle fait ça? Pourquoi ... non ... Pas de pourquoi. Elle l'avait fait. Il l'avait fait. Il l'avait tué. Son pied, qui reposait sur mon sternum, a fini par s'enfoncer, passer à travers sans rencontrer plus de résistance qu'à travers un jet de fumée. Je me suis redressé, et relevé avant de l'éloigner, le traversant comme un fantôme. Il n'a pas compris. Je me suis tourné vers lui, et l'ai saisit à la gorge. Me saisissant le bras, il a tenté d'articuler de dernières paroles. J'ai serré les griffes, autour de sa trachée. Je me souviens que son sang a coulé sur mes doigts, et le long de mon bras. Puis j'ai tiré d'un coup sec, et il s'est écroulé telle une poupée de chiffon se vidant de son sang.


Tout est flou ensuite ... Des minutes ... Des heures ... des jours? Peut-êtres plusieurs semaines se sont écoulés durant lesquelles j'errais dans la nature tel un damné, alternant des périodes d'un sommeil sans rêve avec des moments d'éveil où tout ce que je voyais devait mourir. Je crois que les arbres portent encore les traces de mutilations que j'ai laissé dans les écorces, et que nombre des cadavres d'animaux plus ou moins imposants que j'ai semé dans mon chemin doivent toujours être là, sous formes d'os brisés. Les marques continuaient de me brûler. Par moments, je pouvais toucher les choses, à d'autres j'en étais incapable, mais généralement cet état ne se prolongeait pas et me plongeait dans le sommeil, extrêmement fatigué.

J'ai finis par retourner au domaine, le territoire de mon père. Quand je suis entré, sale, éreinté, et avec la démarche bancale, deux gardes m'ont immédiatement placé leurs hallebardes sous la gorge, avant de me reconnaitre. Mon père lui-même est venu me trouver au bout de quelques minutes. Lui, sa femme, et ma petite sœur m'ont appris qu'on avait trouvé les corps de Cassidy et Dereck, et qu'ils avaient étés enterrés non loin. J'étais le suspect principale des deux meurtres. La lassitude m'a empêché de répondre quoi que ce soit. J'ai juste demandé à prendre quelques vêtements, puis à partir. Mon père m'a dit qu'il m'accorderait cette faveur, mais que je n'étais désormais plus le bienvenu dans sa maison, ni nul part ailleurs. Ma sœur m'a accompagné jusqu'à la sortie du territoire appartenant à mon paternel. Elle m'a fait un signe de la main alors que je marchais, sans but ni savoir où j'allais. Puis, elle a rigolé. Doucement. Presque trop doucement pour que ce soit audible. Mais j'ai entendu. J'ai entendu, et je me suis souvenu. Mais je ne me suis pas retourné. Un an ou deux se sont écoulés.


Quand j'ai osé pointer ma tronche devant les gardes, j'ai éclaté de rire. Ils faisaient une tête si surprise qu'on aurait dit qu'ils allaient perdre leurs yeux, à force que ces derniers ne leurs sortent des orbites. De nouveau, double hallebarde sous la gorge. Je n'ai pas vraiment tenu compte de leur menace, et les ai assommé avant d'entrer. J'ai débarqué en plein milieu du déjeuner visiblement. Ma sœur parlait à mon père des différentes affaires qu'elle avait mené dernièrement avec son nouvel époux, et ma "belle mère" fumait sa pipe qui contenant une herbe rare qui empestait. Un silence est tombé sur l'assemblé quand je me suis raclé la gorge. Mon père a aboyé un ordre, et 3 autres gardes sont sortis pour me tenir en respect. Je suis passé à travers sans m'en soucier. Je suis passé à travers la table aussi. Une épée m'est passé à travers les yeux pendant que je baillais. Je crois que j'ai entendu un nom d'oiseau, mais qu'importe. J'ai finis par arriver face à ma petite sœur chérie. Elle tremblait dans sa nouvelle robe à froufrous. J'ai sauté et replié les jambes, avant de devenir de nouveau tangible, et de faire trembler l'intégralité du plateau en bois. J'ai placé les griffes de mes ailes sur sa gorge, et me suis penché très près de son visage.

J'ai envie de rire ... Je me fous de ce qui t'as motivé, et en fait je le sais déjà. Ce que je veux savoir, c'est comment tu l'as fais. Et dis-le bien fort, histoire que je ne sois pas le seul à t'entendre. Raconte à tous pourquoi le jour de la mort de ton frère et de ta belle sœur, tu riais dans un coin de mon esprit.

La peur est souvent une aide précieuse. Sur les personnes faibles d'esprit, elle aide à leur faire cracher la vérité. Toute la vérité. Elle s'est mise à pleurer. Depuis toute petite, elle trouvait injuste d'être traité au même rang que les deux fils de la bonne, qui n'était même pas parvenu à les mettre bas et y survivre. Elle avait toujours détesté l'idée d'être une "laissé pour compte", uniquement destinée à devenir la femme d'un autre noble et de ne pas profiter de ce que ses parents pouvaient lui offrir. La claque que je lui ai collé a fait basculer sa chaise en arrière et elle s'est écroulé sur le sol. J'aurais bien éclaté de rire en temps normal, mais la rage ne me donnait pas vraiment envie de le faire. Je me suis contenté de sauter à terre, au dessus d'elle, et de la saisir au col avant de la plaquer contre le mur. Les gardes ont bien bougé, mais ne pouvaient toujours pas intervenir.

COMMENT!

Sorcellerie. Depuis toute petite, Sacrieur avait la capacité de lire les sentiments des autres, voir de les influencer très légèrement. Dans des états comme celui du sommeil, elle pouvait même faire prendre des décisions à une personne sans qu'il ne sache qu'elles n'étaient pas de son fait. Et peu avant que je ne déménage, elle avait découvert qu'elle pouvait, dans des états "extrêmes" de l'esprit, comme le sommeil, ou une émotion trop violente, diriger certains des gestes d'une personne. Cassidy était morte de sa main. Dans le cas de Dereck, elle m'avait juste brouillé l'esprit pour m'empêcher de le percevoir comme innocent, et avait guidé certains de mes gestes durant le combat. Parce que j'étais le sale gosse de la fratrie, et qu'avec mes antécédents je ferais un coupable parfait. Que si mon frère mourrait, et que j'étais considéré comme un assassin, elle aurait la voie libre. Et parce qu'elle détestait le sang, mais qu'elle voulait le voir couler. Je l'ai laissé tomber à terre. Je me suis tourné vers mon père. Un long moment de silence a plané, seulement coupé par les pleurs d'une demi-dragonne terrifiée, tant par moi que par ce qui l'attendait.

Je suis devenu un meurtrier pour de vrai ce jour là seulement. Je n'ai pas tué Sacrieur pour autant. J'aurais voulu, mais non. Je l'ai laissé à la justice de ses pairs, qui était bien plus à même de la juger. Mais ma rage est resté. Je suis allé dans un bar, j'ai commandé une bière. Un crétin est venu me baratiner. Je l'ai envoyé paitre. Il m'a menacé de mon couteau. Je lui ai saisit le crâne, et l'ai abattu contre le comptoir. Une fois. Deux fois. Trois fois. Jusqu'à ce que ça craque. Après j'ai frappé encore plus fort. Jusqu'à ce que je sente que son crâne n'était plus d'un seul tenant. Jusqu'à ce que je le laisse tomber sur le sol, dans une marre de sang. Deux gardes sont arrivés. J'ai disparu en traversant le mur en face de moi, l'arrière boutique, jusqu'à me retrouver dans la rue. J'ai su ce que je voulais faire ce soir là. Tueur à gage. Le genre qui n'a de lien avec rien ni personne, et qui ne s'encombre pas de "principes".


Et voilà ... Depuis ce jour là, peu de choses ont changé. J'ai repris l'entrainement. Je suis allé trouvé Gikeld, qui m'a fourni l'arme que je porte aujourd'hui toujours à la ceinture. Je ne m'encombre plus de sentiments. Je n'ai plus besoin de liens. Et je tue. Pour le compte d'autres, très souvent la triade. Pour de l'argent, certes. Mais après tout ... Ais-je vraiment besoin de ce genre de choses pour me motiver? Hé hé ... HA HA HA HA HA!

Bien sûr, j'ai pas fait que ça ... Au contraire. J'ai eut une trèèèèès longue vie, assez bien remplie je dois dire ... Mais que voulez-vous. Vous pouvez passer votre temps à faire des recherches qui n'intéressent que vous, lire un nombre incalculable de bouquins, ou vous occuper l'esprit avec une famille pendant une ou deux dizaines d'années ... Le naturel reviendra toujours au galop. Bon, je dois avouer que la tentative de famille, ça s'est ... Mal passé. C'est récent, en plus ... Mais ça s'est très mal passé, en fait. Les ... 12 premières années, tout s'est déroulé à peu près correctement. J'ai eut 2 gosses. Un garçon et une fille. Le garçon avait une constitution plutôt fragile, il était souvent malade, mais la fille .. Bon dieu. A la naissance, on aurait dit moi. Ou mon père. Plutôt mon père. Mais portant ma trace. J'entends par là qu'elle était aussi noire que mon paternel de peau, mais que sa peau était striée de rouge en de très nombreux endroits ... Elle avait les mêmes cheveux roux et les mêmes yeux écarlates que moi quand je suis né. Le garçon, je l'ai appelé Marv'. La fille, Skryr.

Comment dire ... Je crois que tout à foiré le jour où leur mère est morte. C'était même pas complètement de ma faute. Un arbre qui s'écroulait lui est tombé dessus. C'était assez ... Pas propre, à voir. J'avais pas besoin de 500 ans consacrés à la médecine pour savoir qu'elle ne survivrait pas ... J'ai préféré abréger ses souffrance. Je crois que tout ce sang m'avait un peu fait tourner la tête. Quand j'ai repris maîtrise de moi-même, Marv' avait le bras cassé. Il pleurait parce que je venais de briser la nuque de sa mère. Et Skryr avait le pied sur mon torse, et me vociférait des trucs à la tronche, je comprenais pas tout. 12 ans, et déjà capable de me mettre à terre ... J'aurais pas dû lui rentrer dans le crâne de s'entraîner autant, à cette gamine. Ou la forcer à le faire. Toujours est-il qu'ils sont restés chez moi ... Mais ne me considéraient plus vraiment comme un père. Je crois. Ils sont partis tous les deux lorsque Skryr a eut 16 ans ( et Marv' 17 ), et ils tracent leur propre route ... Je crois ... Je crois que Skryr veut me tuer. Je sais pas. J'pense.
Je sais pas quoi en penser.
Mais je trouve ça amusant.
Pas vous?


Les Pouvoirs/ L'équipement:

Pouvoirs: Spectre :
Niveau 1 : Capacité de devenir intangible limitée à une poignée de seconde.
Niveau 1 + 1 : L'intangibilité peut être maintenue pendant plusieurs minutes, et transmise par contact à un objet de petite taille.
Niveau 4 - 1 : Le tour peut se prolonger plusieurs heures, et être communiqué à un objet raisonnablement volumineux voir une personne. Débloque également la possibilité de devenir partiellement ou totalement invisible, de même que de transmettre cette capacité par contact.
( Maitrise intermédiaire )
Tours de magie : Détection du poison et de la magie.
Equipement: Mes vêtements, généralement une ou deux chaines à la ceinture, un sac de voyage, et une lame dans le dos ou à la ceinture d'un modèle un peu ... Particulier.


En Savoir + Sur Vous:

Pseudo:Marv'
Age:19
Vous avez des hobbies ?:Non, je suis ici pour le travail
Comment avez vous connu le forum ?:C'était un été de 1993, je me souviens très précisément que le dimanche de ce jour là, [...] et donc j'ai cliqué sur "s'inscrire".
Et comment vous le trouvez ?:Je le retrouve parce que je l'ai mis en favoris
Autre chose à déclarer ?: "circulez".
Avez vous un double (triple?) compte:Pas ici.
Le code du règlement:


Dernière édition par Haïzen le Mer 22 Oct - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Richards
Staff-Admin
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 24/12/2013

MessageSujet: Re: They called me a killer, a monster, a psychotic. Maybe I'm even more. Wanna be my friend?   Ven 4 Avr - 14:04

Un personnage... euh... *patpat*

Alors, il y a quelques fautes mais c'est surtout de l’inattention je pense. Sinon dans l'ensemble la fiche est correcte. (J'ai édité pour retirer une étrange balise, sans doute un vestige d'un copier collé, qui foutait la zone.)
Coté pouvoir tu as donc un pouvoir spécial qui va t'être réservé pour un certain temps avant d'être mis à la suite des autres magies disponibles. Faudra faire attention à rester fairplay avec ce genre de pouvoir mais comme on te connais un peu on te laisse gérer.
Je vais te donner ta couleur et le rang de membre. Bienvenue !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
 

They called me a killer, a monster, a psychotic. Maybe I'm even more. Wanna be my friend?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Nos beau Accessoire du monster Combo
» Monster Combo
» Monster Soul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Role Furry ::  :: Registre du forum :: Fiches en attente-